Gérard Goswin

Liège 1613, Liège 1685
Disciple de Gérard Douffet, contemporain de Bertholet Flémalle, Gérard Goswin est l’un des représentants majeurs de la deuxième génération de l’école liégeoise de peinture du XVIIe siècle. À une époque où l’école de Rubens et l’art flamand brillent encore de mille feux, des artistes vivant en principauté de Liège sont davantage attirés par ce qui se fait en Italie et en France. Au sein de cette école liégeoise de peinture qui se distancie du baroque exubérant, et où l’on ne retrouve ni peintures de mœurs, ni scènes de chasse ou natures mortes truculentes, Gérard Goswin se spécialise dans la peinture de fleurs et de fruits. Comme Flémalle, Goswin fait de fréquents séjours en France, où il trouve à parfaire son inspiration et la protection de mécènes. Goswin présente en effet la particularité d’avoir été le professeur de dessin du futur Louis XIV. Il n’est donc pas étonnant de le retrouver parmi les professeurs nommés à l’Académie royale de Peinture et de Sculpture (1659). Les qualités décoratives de l’artiste, son sens de l'observation et ses dons de coloriste se révèlent particulièrement dans Buste de faune dans une grotte, entouré d'une guirlande de fleurs, conservé jusqu’il y a peu à Liège, au Musée de l'Art wallon aujourd’hui disparu. L’influence de J-B. Monnoyer est manifeste.

 

Jules HELBIG, La peinture au pays de Liège et sur les bords de la Meuse, Liège, 1903, p. 253 et ssv.
Jacques HENDRICK, dans La Wallonie. Le Pays et les Hommes. Lettres - arts - culture, t. II, p. 233, 240-241
René JANS, Gérard Bastin dit Goswin (1613-1685), peintre ordinaire du roi de France, dans Bulletin de la Société royale 'Le Vieux-Liège', t. 8, nos 176-177, 1972, p. 101-121.
Pierre-Yves KAIRIS, Foisonnement et diversité : les peintres du XVIIe siècle, dans Un double regard sur 2000 ans d'art wallon, Tournai, La Renaissance du livre, 2000, p. 321-341
Jacques PARISSE, La peinture à Liège au XXe siècle, Liège, Mardaga, 1975, p. 13-14

Paul Delforge, septembre 2012