Herbert Grommes

Schönberg 6/09/1965

Député wallon : 2004-2009

Licencié en interprétariat de l’Institut libre Marie Haps, licencié en Droit de l’Université catholique de Louvain et de l’Institut Saint-Louis, juriste-interprète, Herbert Grommes travaille dans le domaine des fonds d’investissement au Luxembourg, en tant que responsable du service juridique des fonds d’investissement d’une grande banque française (1994-).
Attaché de Cabinet auprès du vice-Premier ministre Melchior Wathelet, il est élu conseiller communal de Saint-Vith en octobre 1994, puis au Rat der Deutschsprachigen Gemeinschaft lors du scrutin de mai 1995, comme représentant du CSP (1995-2004). En juin 2004, il est élu à la fois au RDG et au Parlement wallon dans l’arrondissement de Verviers. Il opte pour Namur, où il prête serment en allemand, ce qui le prive de siéger au Parlement de la Communauté française Wallonie-Bruxelles, mais ouvre la porte à un autre élu cdH de Verviers. Membre de la Commission de l’Aménagement du territoire, des Transports, de l’Énergie et du Logement du Parlement wallon, il n’est pas reconduit à Namur en 2009. La confection de la liste cdH dans l’arrondissement de Verviers a donné lieu à d’âpres et longues négociations entre « francophones » et « germanophones », mais finalement le cdH perd un siège, et toute la stratégie mise en place par le cdH tombe à l’eau.
Celui qui est devenu, en mai 2008, échevin à Saint-Vith est par contre élu, lors du même scrutin de juin 2009, comme député CSP au Rat der Deutschsprachigen Gemeinschaft. Entre 2010 et 2012, il est expert à temps partiel auprès du ministre wallon des Travaux publics, de l’Agriculture, de la Ruralité, des Forêts et du Patrimoine (Benoit Lutgen). Entre 2012 et 2014, il occupe une fonction similaire auprès d’André Antoine, ministre wallon du Budget, des Finances, de l’Emploi, de la Formation et des Sports. Deuxième sur la liste cdH lors du scrutin régional en juin 2014, il confirme son envie de siéger à nouveau à Namur, mais le cdH en recul (-3%) n’obtient qu’un seul député dans la circonscription de Verviers. En treizième place, au milieu de la liste CSP, pour le Parlement germanophone, il signe le 3e score de sa liste (2.058 vp) et prolonge son mandat au Rat der Deutschsprachigen Gemeinschaft.
Quant au scrutin communal de 2012, il présente cette particularité à Saint-Vith de proposer à l’électeur de voter pour deux listes, dont l’une, la liste Berens, ne compte qu’un seul candidat, Karl-Heintz Berens… En attirant sur lui 14,5% des suffrages, Berens provoque simplement l’élimination d’un des 21 candidats de la liste Krings-FBL. En signant le 2e résultat de cette liste, Herbert Grommes est un échevin tout désigné. Premier échevin, il est en charge du Commerce, des Cultes, de l’Eau, de l’Emploi, de l’Énergie et des Finances.

Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée, Revues de Presse 2009-2014
Cfr Encyclopédie du Mouvement wallon, Parlementaires et ministres de la Wallonie (1974-2009), t. IV, Namur, Institut Destrée, 2010, p. 284

conseiller communal de Saint-Vith (1995-)
député du Rat der Deutschsprachigen Gemeinschaft (1995-2004)
député wallon (2004-2009)
échevin (2008-)
député du Rat der Deutschsprachigen Gemeinschaft (2009-)

Paul Delforge, décembre 2014