Catherine Houdart

Mons 06/05/1969

Députée wallonne : *2010-2014

Diplômée en Tourisme et employée à l’Office du Tourisme de Mons de 1992 à 2000, Catherine Houdart est issue d’une famille engagée de longue date dans l’action socialiste : son grand-père était conseiller communal (1950-1976) et son père échevin (1988-2000). Militante socialiste presque par tradition, elle est élue conseillère communale en octobre 2000 (925 vp) et, dans le collège présidé par Elio Di Rupo, elle est d’emblée chargée de l’échevinat de l’État civil et de la Population. Ses compétences s’élargissent à l’Éducation à partir de mars 2004, suite à la démission de Marc Darville. Sa visibilité sur le plan local est attestée par le meilleur score tous partis confondus (et en faisant abstraction de la présence d’Elio Di Rupo) sur l’entité montoise (3.371 vp) en octobre 2006. Responsable de l’Éducation, la Première échevine reçoit aussi la Participation citoyenne et s’impose comme l’invitée surprise dans le paysage politique de la Cité du Doudou. Quand le maïeur est empêché par ses fonctions de Ministre-Président wallon, c’est la jeune femme qui est choisie pour faire fonction de bourgmestre (du 4 décembre 2006 au 23 juillet 2007). Administratrice de l’Idea (2007), échevine en charge du projet Grande Ville, elle figure sur la liste que le PS présente au scrutin régional de juin 2009. Sixième suppléante, elle est identifiée par 5.145 électeurs qui la poussent ainsi en troisième place des meilleurs performeurs en voix.
Cette suppléance remarquée lui vaut d’entrer au Parlement wallon en juillet 2010, lorsqu’elle remplace Elio Di Rupo, élu à la Chambre fédérale. A Namur, elle est membre de la Commission des Affaires générales, de la Simplification administrative, des Fonds européens et des relations internationales et de la Commission conjointe sur les Signes convictionnels ; ses interventions sont nombreuses. Elle conserve ses mandats, même lorsqu’Elio Di Rupo devient Premier Ministre en décembre 2011. En effet, c’est à Marc Barvais qu’est confiée la mission de faire fonction de bourgmestre de Mons. Au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, où elle est membre de la Commission de l’Audiovisuel, de l’Aide à la Presse, du Cinéma, de la Santé et de l’Égalité des Chances, Catherine Houdart multiplie aussi les interpellations notamment en matière d’accès aux soins de santé, de promotion de la culture dans les écoles, d’égalité homme-femme. Elle intervient aussi pour que soit modifié le décret sur les Académies de musique.
En octobre 2012, lors du scrutin communal qui s’avère un véritable plébiscite pour le PS d’Elio Di Rupo, 2e sur la liste du PS, elle renforce ses voix de préférence (4.318), restant la meilleure performeuse tous partis confondus, derrière E. Di Rupo, mais aussi Nicolas Martin (6.024). Par conséquent, c’est ce dernier qui devient bourgmestre ff en décembre 2012 ; échevine, Catherine Houdart reste en charge de l’Éducation, des Bibliothèques, de l’Extrascolaire et de la Jeunesse en tant que Première échevine dans un collège où le PS (55%) détient la majorité absolue, mais reste allié au MR et où tous les esprits sont tournés vers « Mons 2015 », capitale européenne de la culture.
Dixième suppléante et poussant la liste au scrutin régional du 25 mai 2014, elle apporte son soutien à la liste du PS, mais sans plus briguer le moindre mandat parlementaire. En vertu du décret décumul voté en 2010, son élection au Parlement wallon aurait nécessité de trancher entre Mons et Namur.

Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée, Revues de Presse

Conseillère communale de Mons (2001-)
Échevine (2001-2006)
Bourgmestre ff. (2007)
Échevine (2007-)
Député wallonne (2010-2014)

Marie Dewez - Paul Delforge, décembre 2014