Serdar Kilic

Charleroi 20/08/1979

Député wallon : 2009-2012*

Après des humanités à l’Athénée Jules Destrée de Marcinelle, une licence en Sciences politiques et Relations internationales à l’Université libre de Bruxelles, et un Master en Sociologie politique, Sedar Kilic devient attaché parlementaire au Parlement wallon (2005). Affilié au PS en 2003, il contribue à la relance des JS dans la région de Charleroi, et devient vice-président des JS de Mont-sur-Marchienne, où il mène une action de terrain. En octobre 2006, il est élu conseiller communal de Charleroi.
Engagé au ministère de la Région wallonne, il travaille au sein de la Direction générale de l’Action sociale et de la Santé, chargé principalement des projets visant à l’intégration des populations d’origine étrangère et à l’égalité des chances. En juin 2009, il se met en congé politique suite à son élection comme député wallon. Avec 4.669 vp, le 3e suppléant sur la liste du PS bénéficie d’une série de désistements (Paul Magnette, Philippe Busquin, Ingrid Colicis) et obtient le droit de siéger à Namur. Il est le premier député wallon dont les parents sont d’origine turque.
À Namur, où il est membre de la Commission du Budget, des Finances, de l’Emploi, de la Formation et des Sports et de la Commission de la Santé, de l’Action sociale et de l’Égalité des chances, il se montre particulièrement attentif aux dossiers relatifs à la défense des minorités, à l’emploi, à la protection sociale, à la mobilité et au logement. Au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, son attention se porte sur les dossiers traitant des inégalités sociales, du racisme, de la santé et de l’intégration des personnes d’origine étrangère, notamment dans le milieu scolaire. Dès les premières semaines de la législature wallonne, les discussions portent sur le décret décumul, point de la DPR souhaité par les Écolos. Le 8 décembre 2010, Serdar Kilic adopte ce décret qui va avoir des conséquences directes sur la suite de son parcours politique.
Administrateur du Port autonome de Charleroi, du Centre régional d’Intégration de Charleroi (CRIC), de BRUTELE (intercommunale pour la diffusion de la télévision), de l’IEH (gestionnaire du réseau de distribution d'électricité mixte du Hainaut), administrateur de sociétés spécialisées dans l’Horeca, celui qui est aussi chargé de cours à l’IETC/Université du Travail figure en dernière position sur la liste du PS emmenée par Paul Magnette au scrutin communal de 2012. Avec 1.866 vp et le 11e score de la liste, il est choisi pour faire partie du Collège communal, en tant qu’échevin de l’Enseignement et de la Promotion de la Santé à l’école. Anticipant les effets du décret décumul, Paul Magnette, le nouveau bourgmestre, demande à ses échevins d’abandonner leur mandat parlementaire ; Serdar Kilic quitte alors le Parlement wallon, où il est remplacé par Latifa Gahouchi.
Premier suppléant PS (3.864 vp) au scrutin régional de 2014, Serdar Kilic se retrouve en position de remplacer Anthony Dufrane « à Namur ». Il prête serment au Parlement wallon le 18 juin 2014, avant de se déclarer immédiatement empêché par l’exercice de son mandat d’échevin à Charleroi.

Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée, Revues de Presse -2014

conseiller communal de Charleroi (2006-)
député wallon (2009-2012)
échevin (2012-)
député wallon (18 juin 2014)

Marie Dewez - Paul Delforge, décembre 2014