Mauro Lenzini

Liège 25/09/1957

Député wallon : 2009-2014 ; 2014-

Fils d’immigrés italiens venus travailler dans les mines de charbon de la région liégeoise, Mauro Lenzini opte pour la chimie dès ses humanités techniques, avant d’entreprendre des études en Biologie à l’Université de Liège. Licencié en Biologie (1981), docteur en Sciences de l’Université de Liège et de Norwich (1987), Mauro Lenzini est tour à tour chercheur (microbiologie et génie génétique), assistant à l’Université, puis, à partir de 1990, chargé de cours à l’ISIL (ingénieurs industriels), devenue Haute École Rennequin Sualem de la province de Liège.
Engagé en politique dans les rangs d’un PS local en proie à de fortes dissensions internes, il est élu conseiller communal à Oupeye en octobre 2000 (908 vp) et devient chef de groupe, à la fois pour porter la réplique au collège composé du PSC, du MR et d’Écolo, et pour réunifier ses troupes plongées dans l’opposition depuis 1995. En 2006, le PS (12) convainc le cdH (10) de former une alliance et Mauro Lenzini devient le nouveau maïeur d’Oupeye, avec comme perspective la nécessité de gérer la fin programmée de la sidérurgie liégeoise et, aspect plus positif, le développement du Trilogiport. En 2012, avec 13 sièges (+1) sur 27 et près de 45% (+7%) des suffrages, la liste Lenzini (2.391 vp) est confortée par l’électeur et reconduit son alliance avec un cdH diminué (-4 sièges, -10%).
Président de l’intercommunale Intradel, spécialisée dans le traitement des déchets (2007-2009), administrateur du Port autonome de Liège, administrateur du GRE-Liège et de l’asbl Basse-Meuse Développement, candidat aux régionales en 2004 (3.312 vp) et en 2009 (4.448 vp), Mauro Lenzini (2e suppléant) bénéficie du désistement de Michel Daerden pour siéger au Parlement wallon à partir de juillet 2009. Membre des Commissions Travaux publics, Environnement et Économie, il figure sur les listes du PS au scrutin fédéral de juin 2010. 5e effectif, il rassemble 8.487 voix de préférence et dépend du choix de Michel Daerden. Comme celui-ci opte pour Namur, Lenzini se trouve face à un choix : opter pour le fédéral ou remplacer Julie Fernandez-Fernandez au Parlement wallon. C’est la seconde option qu’il choisit (juillet 2010).
Vice-président de la Commission de l’Enseignement supérieur, au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, où il s’intéresse particulièrement à la problématique du logement étudiant, Mauro Lenzini se veut un défenseur des intérêts liégeois à Namur, interpellant l’exécutif sur les dossiers du Trilogiport, ArcelorMittal, Hauts-Sarts, etc.
Premier suppléant PS (7.518 vp) lors du scrutin régional du 25 mai 2014, il bénéficie de la désignation ministérielle de Jean-Claude Marcourt dans le gouvernement présidé par Paul Magnette. En vertu du décret décumul, Mauro Lenzini doit choisir entre siéger au Parlement wallon et exercer effectivement ses fonctions de bourgmestre d’Oupeye. Optant pour le premier, il se dit empêché pour le second et est remplacé par Serge Fillot. Lenzini prête serment en juillet et devient membre de la Commission de l’Économie et de l’Innovation et vice-président de la Commission de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et des Transports. En vertu du décret décumul, il ne peut assumer les mandats de bourgmestre et de député. C’est donc le socialiste Serge Fillot, Premier Échevin de la commune, qui le remplace à la tête d’Oupeye.

Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée, Revues de Presse -2014

Conseiller communal d’Oupeye (2000-)
Bourgmestre (2006-2014)
Député wallon (2009-)
Bourgmestre empêché (2014-)

Paul Delforge, décembre 2014