Léon Losseau

Thuin 9/03/1869, Mons 7/08/1949

Docteur en Droit de l’Université de Liège (1891), candidat notaire (1892), docteur en Sciences politiques et administratives (1894), avocat au Barreau de Mons (1894), Léon Losseau ne plaide que pour défendre la cause des humbles et des déshérités. Avocat, bâtonnier, administrateur de sociétés, cet érudit jouit d’une aisance matérielle suffisante qui lui évite de passer ses journées au prétoire. Membre de nombreuses sociétés savantes, philanthrope, mécène, bibliophile, collectionneur de médailles, il est passionné par le droit pur. Il adore en dégager la philosophie. Au moment de la Question royale, il consacre d’ailleurs une série d’articles dans lesquels il dissèque la problématique sous toutes ses coutures juridiques.
Amoureux des livres et des beaux livres, c’est au travers de ses lectures que Losseau a pensé son engagement fédéraliste wallon. Auteur d’une publication, en 1945, dans laquelle il réclame la création d’une université du Hainaut, défenseur d’une Radiodiffusion wallonne (1946), Léon Losseau est l’un des fondateurs de la section montoise de l’Association pour le Progrès intellectuel et artistique de la Wallonie et occupe un siège d’administrateur au sein du Conseil économique wallon.
À sa mort, Losseau lègue à la ville de Mons deux fondations : la Maison Léon Losseau et sa remarquable bibliothèque, ainsi que Le Hainaut. Encyclopédie provinciale. Au début du XXe siècle, il avait fait transformer l’intérieur de sa maison selon les principes de l’Art nouveau par les plus grands noms de l’époque. On doit encore à Léon Losseau la définition de la classe 3 (droit-sciences sociales) de la classification décimale universelle (CDU).

Encyclopédie du Mouvement wallon, Charleroi, 2001, t. II
http://www.anciens-armons.be/joomla/ 
PIÉRARD Christiane, Nouvelle Biographie nationale, 1997, t. IV, p. 261-263
La Wallonie. Le Pays et les hommes (Arts, Lettres, Cultures), Bruxelles, t. IV, p. 341

Paul Delforge, octobre 2011