Christian Massy

Quaregnon 23/04/1946

Député wallon : 1995-1999 ; *1999-2001*

Régent en Mathématiques puis licencié en Psychopédagogie de l’Université de Mons, Christian Massy est professeur lorsqu’il se présente pour la première fois devant l’électeur tournaisien en octobre 1988, sur une liste socialiste. Conseiller communal, président du CPAS de Tournai, il est désigné à la direction de l’hôpital civil et nommé directeur de l’Institut de Promotion sociale de la Communauté française à Tournai. Éphémère échevin de l’Enseignement et de la Culture (avril-juin 1995), Ch. Massy est élu dans la circonscription de Tournai-Ath-Mouscron en mai 1995 et figure parmi les 75 premiers députés élus directement au Parlement wallon. En 1999, la désignation de Rudy Demotte comme ministre fédéral rouvre les portes du Parlement wallon à Ch. Massy, mais celui-ci brigue surtout la succession de Roger Delcroix, à Tournai. Lorsqu’il accède à l’hôtel de ville de Tournai, Ch. Massy renonce à son mandat de député wallon (mars 2001) pour se consacrer exclusivement à la gestion de la Cité des Cinq clochers. Avec le MR et le cdH d’abord (2001-2006), avec seulement le cdH ensuite (2006-2012), Ch. Massy dispose de la confiance des électeurs.
Cependant, il est mis en difficulté quand éclate l’affaire Singa (février 2006) du nom d’un brillant attaquant congolais engagé par le FC Tournai (août 2005), pour lequel Ch. Massy, qui est aussi le président du club de football, aurait forcé la main à une employée communale pour que soit signé un faux certificat d’inscription au registre des étrangers. Régulièrement mis sur la sellette, Massy nie toute responsabilité. Finalement, reconnu coupable de faux et d’usage de faux, Ch. Massy bénéficie de la suspension du prononcé (septembre 2011), mais les instances du PS l’ont invité à ne pas se représenter au prochain scrutin. À l’annonce de l’arrivée de Rudy Demotte à Tournai (2010), Christian Massy a pu mesurer que son temps était compté à la tête de l’hôtel de ville de Tournai. Il achève la législature 2006-2012 sans se représenter devant les électeurs en octobre, mettant ainsi un terme à sa carrière politique.
Dans le même temps, il remet son mandat d’administrateur à IDETA et ses autres fonctions dans nombre d’associations et asbl, comme la présidence de Tournai Centre-Ville, du Logis tournaisien, du Conseil de développement de la Wallonie picarde, de Tourisme et Culture, de la Conférence permanente transfrontalière, du GLCT Lille Métropole ou encore de No-Télé. En 2011, il avait procédé à la liquidation de l’IGEHO dont il avait été le président.

Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée, Revues de Presse 2009-2014
Cfr Encyclopédie du Mouvement wallon, Parlementaires et ministres de la Wallonie (1974-2009), t. IV, Namur, Institut Destrée, 2010, p.

conseiller communal de Tournai (1989-2012)
échevin (1995)
député wallon (1995-1999, 1999-2001)
bourgmestre (2001-2012)

Paul Delforge, décembre 2014