Savine Moucheron

Mons 17/05/1977

Députée wallonne : *2011-2014 ; 2014-

Régente en Français-Histoire de la Haute École Roi Baudouin de Braine-le-Comte, responsable régionale de Jeunesse & Santé Mons-Borinage, service jeunesse des Mutualités Chrétiennes (2000-2006), Savine Moucheron entre comme collaboratrice au sein de la Cellule de Politique générale du Cabinet de Catherine Fonck, Ministre de l’Enfance, de l’Aide à la Jeunesse et de la Santé à la Communauté française (2006-2009). Animatrice de groupements de jeunesse depuis le milieu des années 1990, bien ancrée dans la vie associative montoise, la nièce du journaliste politique de la RTBF Georges Moucheron est chargée de mener la liste du cdH au scrutin communal d’octobre 2006. Ce n’est pas sa première joute électorale ; cette ancienne arbitre de football était déjà candidate en 2000, et sur les listes fédérales en 2003, mais, à trente ans, elle a le redoutable honneur de mener au combat les troupes humanistes face au PS d’Elio Di Rupo et au MR de Richard Miller. Avec près de 12%, le cdH est en progrès (5 sièges, +1), mais reste dans l’opposition où S. Moucheron (1.245 vp) devient chef de groupe : régulièrement, elle se montre critique à l’égard des dépenses qu’elle estime exagérées des autorités montoises, évoquant la présence d’un éléphant sur le dos de Mons (2010) ; en janvier 2015, elle adressera un recours auprès du ministre wallon responsable pour contester la légalité du budget montois. La chef de file cdH s’oppose aussi notamment au projet de gare Calatrava qui conduit à la démolition de l’ancienne gare. En octobre 2012, le cdH est en baisse perdant 3% et surtout 2 sièges. L’un des trois reste à S. Moucheron qui a rassemblé 900 vp, à l’heure où l’électeur plébiscitait le PS.
Deuxième suppléante au scrutin régional de juin 2009 (1.077 vp), 5e suppléante aux fédérales anticipées de juin 2010 (1.877 vp), elle bénéficie du jeu de dominos consécutif à l’accession de Benoît Lutgen à la présidence du cdH. Carlo di Antonio remplace en effet B. Lutgen comme ministre au gouvernement wallon et libère un siège au Parlement wallon. C’est donc en décembre 2011, au lendemain de la formation du gouvernement fédéral, que la Montoise entre au Saint-Gilles... Elle abandonne alors son activité professionnelle au Centre permanent pour la Citoyenneté et la Participation.
Membre de la Commission de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et de la Mobilité, elle dépose plusieurs textes visant à améliorer le nouveau CoDT qui lui-même transforme radicalement le Cwatupe. Dans le débat sur l’éolien, elle relaye de nombreuses critiques contre le projet du ministre Écolo Henry définissant les zones d’implantation, tout en soutenant l’idée du petit éolien du ministre cdH di Antonio. Au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, où elle est membre de la Commission de la Jeunesse et de l’Aide à la Jeunesse (2012-2013), puis de la Commission de Coopération et de Concertation avec l’Assemblée de la Commission communautaire française de Bruxelles (2013-2014), elle est encore vice-présidente de la Commission de la Culture, de l’Audiovisuel, de l’Aide à la presse, du Cinéma, de la Santé et de l’Égalité des chances (2013-2014). Elle retire la satisfaction d’avoir fortement contribué à l’aboutissement du décret sur les centres culturels.
Administratrice de Point Culture, de la Fondation Mons 2015, du Centre Intercommunal de Santé des Cantons de Mons, de « Toit&Moi », du MAC’S et des intercommunales IDEA et HYGEA, elle sollicite la reconduction de son mandat régional en mai 2014. Première suppléante (1.827 vp), elle bénéficie de la désignation de Carlo Di Antonio comme ministre dans le nouveau gouvernement wallon présidé par Paul Magnette. En juillet 2014, elle prête serment à Namur, où elle est désignée à nouveau à la Commission de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et des Transports, ainsi qu’au Comité d’Avis pour l’Égalité des chances entre les Hommes et les Femmes.

Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée, Revues de Presse - 2014

conseillère communale de Mons (2006-)
députée wallonne (2011-)

Paul Delforge, décembre 2014