Georges Neuray

Chênée 15/04/1926, Lyon 25/01/1993

Député wallon : 1974-1977 ; 1980-1981

Ingénieur agronome horticole de l’Institut agronomique de l’État à Gembloux (1954), assistant (1954-1960), chef de travaux (1960), Georges Neuray défend avec succès sa thèse de doctorat en 1962. Détenteur d’un certificat en Sociologie de l’Université de Liège (1958) et licencié en Sciences économiques de l’Université catholique de Louvain (1962), lauréat de l’Académie de Belgique en tant qu’économiste agricole (Prix Schepkens 1966), il est chargé de cours associé (1973) et finalement nommé professeur (1982) aux Facultés agronomiques de Gembloux. Il occupe la chaire des cultures ornementales. Expert en économie agricole, Georges Neuray est chargé de nombreuses missions tant en Europe qu’en Afrique et au Proche-Orient pour le compte d’organisations telles que la FAO, l’OCDE, l’AGCD et la BIRD. En Belgique, il dirige deux groupes de travail de l’Institut d’Économie agricole ; il est membre fondateur et secrétaire général de l’Association pour la Promotion de l’Horticulture wallonne (APHW) et administrateur fondateur de la Fondation rurale de Wallonie. Il était aussi le président du Cercle historique de Gembloux. Son intérêt pour l’architecture des parcs et jardins (il dirige notamment des travaux de jardin pour l’Exposition universelle de Bruxelles en 1958, il est membre de nombreux jurys et publie un ouvrage de référence en 1973) le conduit à devenir un spécialiste dans le domaine de la science des paysages. Ayant mis au point une méthode d’évaluation qu’il a appliquée à la Wallonie, Georges Neuray est l’auteur d’un ouvrage qui fait autorité, Des paysages – Pour qui ? Pourquoi ? Comment ? (Gembloux, 1984). Il venait d’être nommé membre de la commission Paysages du Conseil de l’Europe lorsque la mort l’a emporté.
Défenseur de la Wallonie sur le terrain politique, G. Neuray s’engage au Rassemblement wallon dès sa création (1968). Élu conseiller communal en octobre 1970 à Gembloux, il représente d’abord le seul parti wallon (1971-1982), avant de partager son mandat avec le mouvement écologiste au sein du cartel Vivre autrement (1983-1988). Sénateur provincial de Namur au soir du 10 mars 1974, il n’est pas réélu en avril 1977, mais retrouve un mandat sénatorial direct en décembre 1978, en tant que représentant de l’arrondissement de Namur-Dinant-Philippeville. Au cours de ses deux mandats (1974-1977, 1978-1981), Georges Neuray assurera d’abord la présidence du groupe RW au sein du Conseil régional wallon provisoire (novembre 1974-mars 1977). Par ailleurs, il est l’un des délégués du RW au Conseil économique régional de Wallonie (1975-1980) et y soutient notamment le Mémorandum remis au formateur du gouvernement belge en avril 1977, qui est un plaidoyer en faveur d’une régionalisation complète. Durant l’été 1980, n’ayant pas été associé aux discussions, le Rassemblement wallon joue son rôle de parti d’opposition et Neuray vote contre les mesures qui donnent notamment naissance aux organes politiques de la Région wallonne (août 1980). Néanmoins, dès le 15 octobre, il siège au sein du nouveau Conseil régional wallon et participe aux toutes premières réunions du parlement régional qu’il appelait tant de ses vœux. De 1978 à 1980, il est aussi vice-président du Conseil culturel de la Communauté culturelle française.
Son parcours parlementaire s’arrête en 1981. Candidat sur une liste FDF-RW (1981), membre fondateur du parti Europe Régions Environnement (1988), il prône la création d’une Europe des régions, l’union politique européenne, et une réelle stratégie pour l’environnement.
Membre du comité scientifique des congrès La Wallonie au futur organisés par l’Institut Jules Destrée, Georges Neuray préside la Commission Agriculture en 1987. C’est à son initiative, en 1989, qu’est choisi le thème de l’éducation, comme vecteur des travaux du congrès de 1991.

Cfr Encyclopédie du Mouvement wallon, Parlementaires et ministres de la Wallonie (1974-2009), t. IV, Namur, Institut Destrée, 2010, p. 461-462

conseiller communal de Gembloux (1971-1988)
sénateur provincial de Namur (1974-1977)
membre du Conseil régional wallon provisoire (1974-1977)
chef de groupe au CRW (1974-1977)
sénateur (1979-1981)
membre du Conseil régional wallon (1980-1981)

Paul Delforge, décembre 2014