Simon Robert

Tournai date inconnue, Aigle (Suisse) 1533
Au cours des XVIe et XVIIe siècles, nombreux sont ceux qui fuient les persécutions perpétrées notamment par les Espagnols dans leurs pays d’en bas. Les raisons sont politiques, économiques et le plus souvent religieuses. Parmi les exilés, on rencontre Robert Simon, un prêtre tournaisien. Excellent hébraïsant, il est l’un des premiers protestants wallons à se fixer à Strasbourg. Dès 1526, il se lie aux réformateurs Martin Bucer, Wolfgang Capiton et Guillaume Farel et fait partie du groupe de Meaux. Il semble être parent avec Pierre Robert de Noyon.
Il semble que ce soit sa rencontre avec Marie d’Ennetières qui pousse Simon Robert à quitter Tournai. Prieure au couvent des Augustines de l’abbaye Saint-Nicolas-des-Prés, à Tournai, elle se convertit à la Réforme et deviendra la première théologienne réformée à Genève. Le couple s’est en effet installé en Suisse (Bex et Aigle), où S. Robert exerce comme pasteur de 1528 à 1533.

Abel LÉFRANC, La Jeunesse de Calvin, Paris, 1888, p. 28
Musée virtuel du protestantisme français, art. Marie Dentière
Francis M. HIGMAN, Lire et découvrir : la circulation des idées au temps de la Réforme, Genève, Droz, 1988

Marie Dewez, septembre 2012