Lise Thiry

 Liège 05/02/1921

Fille du poète Marcel Thiry, Lise Thiry a entamé un premier combat pour obtenir son doctorat en Médecine de l’Université de Liège. Parmi les rares jeunes filles accomplissant des études universitaires, elle achève son parcours au lendemain de la Seconde Guerre mondiale (1946). Chercheur à l’Institut Pasteur, elle entreprend un autre combat quand elle se spécialise en virologie et en microbiologie. Après avoir travaillé sur le virus de la rage, la poliomyélite et sur l’herpès génital, elle met au point un système de dépistage du virus du sida, au sein du Service de virologie qu’elle a créé en 1952 au sein de l’Institut. Professeur à l’Université libre de Bruxelles, Lise Thiry est encore engagée dans d’autres combats : en faveur de la médecine sociale, de la dépénalisation de l’avortement, des demandeurs d’asile, etc. Son engagement prend une forme politique, au sein du Parti socialiste d’abord. Sénatrice cooptée (1985-1987), elle se présente ensuite comme tête de liste aux européennes de 1994, au nom de la Gauche unie. En 2010, elle est candidate sur les listes du Rassemblement Wallonie-France. Son engagement dans la lutte et la prévention du Sida est constamment souligné, notamment en raison de sa capacité à expliquer clairement des sujets complexes. Femme de l’Année 1985, « Femme de Cristal 2005 », elle reçoit le titre de Commandeur du Mérite wallon en 2011.

 Thiry Lise, Marcopolette, Mémoires 1921-1977, s.l., s.d.

 

 

Paul Delforge, octobre 2011