Alain Trussart

Uccle 6/02/1956

Député wallon : *2002-2004

Ses cinq premières années, Alain Trussart les vit en Afrique, jusqu’au moment de la proclamation de l’indépendance du Congo et la fuite précipitée de nombreux coopérants belges. Licencié en Communication sociale et agrégé en Sciences politiques et sociales de l’Université catholique de Louvain (1979), objecteur de conscience, réalisant son service civil à l’archevêché de Malines-Bruxelles, Alain Trussart développe une intense activité de terrain en tant qu’animateur. Membre actif de la Fédération des scouts catholiques, membre d’un groupe local Tiers-Monde à Chaumont-Gistoux, il crée en 1984 le Forum de lutte contre la pauvreté en Brabant wallon, milite en faveur de l’école de devoirs « Le Goéland » à Wavre, et dans différents groupes revendiquant le droit de vote des immigrés ou en lutte contre l’implantation des missiles (CNAPD), de 1980 à 1989. Animateur de l’ONG Entraide et Fraternité au début des années nonante, il coordonne les campagnes de cette association, mettant l’accent sur la coopération nord-sud, dans le respect de l’environnement.
Militant Écolo, tête de liste au scrutin de novembre 1991 dans le district de Wavre, il est élu pour la première fois au Conseil provincial de Brabant, avant d’être régulièrement reconduit au Conseil provincial du Brabant wallon (1994-2002). Ce mandat ne l’empêche pas de maintenir sa position en faveur d’une profonde réforme des provinces, voire de leur disparition.
Secrétaire de la section locale Écolo d’Ottignies-Louvain-la-Neuve (1992-1995), il inaugure la permanence de la régionale dans les locaux de la Fondation Humblet, où Écolo demeura de 1992 à 1998. Membre de la locale de Court-Saint-Étienne à partir de 1995, secrétaire politique de la régionale du Brabant wallon (1999-2000), il est régulièrement présent sur les listes électorales Écolo aux scrutins communaux et régionaux, comme dernier de liste ou comme premier suppléant. Au moment de la formation des majorités arc-en-ciel, il remplace Jean-Luc Roland comme coordinateur du Bureau du Conseil de Fédération (2001-2002). Il est l’animateur de l’Assemblée générale d’évaluation de la participation des Verts aux gouvernements, qui rassemble plus de mille militants à Louvain-la-Neuve.
Député wallon suppléant en 1999, il hérite du siège, en septembre 2002, quand Marc Hordies démissionne du Parlement wallon pour devenir secrétaire général d’Écolo. Au Parlement de la Communauté française Wallonie-Bruxelles, il est le secrétaire du bureau (2003-2004). Premier suppléant au scrutin régional de juin 2004, cet ancien sympathisant du Rassemblement wallon n’est pas reconduit à Namur. Il n’exerce d’ailleurs plus aucun mandat politique.
En 2005, il devient le responsable de la communication de Louvain Développement, ONG dépendant de l’Université catholique de Louvain qui soutient et finance des projets de développement en Afrique, en Asie et en Amérique latine, pays dans lesquels Alain Trussart a continué de se rendre régulièrement afin de rendre les relations nord-sud plus équitables et le développement plus durable.
Candidat au scrutin provincial d’octobre 2006, il est réélu et retrouve brièvement un mandat de conseiller provincial. En effet, au soir de cette élection, le MR met un terme à un long partage des responsabilités avec le PS sur le Brabant wallon, pour se tourner vers Écolo et composer une nouvelle majorité. L’un des deux mandats de députés provinciaux Écolo est attribué à Alain Trussart. Adversaire affirmé du niveau provincial, il est désormais député provincial, en charge de l’Aménagement du territoire, de l’Agence immobilière sociale, de la Mobilité, de l’Énergie et de l’Environnement. Avec Françoise-Florence Michel, il est le premier Écolo à exercer une fonction exécutive au niveau d’une province.
Parmi les initiatives du député provincial Trussart figure le Plan provincial de Mobilité, symbolique, controversé et médiatisé durant la législature. Avec 5 millions d’€ investis dans des pistes cyclables, une solution pour le rond-point d’Ittre à la sortie de l’autoroute et la définition d’un axe ferroviaire est-ouest, le député Trussart estime avoir imprimé durablement une véritable touche verte lorsqu’à l’issue du scrutin provincial d’octobre 2012 il constate, non sans surprise, que le MR met un terme à sa collaboration avec Écolo pour revenir à une coalition avec le PS. Membre permanent du secrétariat régional d’Écolo Brabant wallon, Alain Trussart a été élu très largement conseiller provincial et il est le chef de groupe des Verts au Conseil de la « nouvelle province ».

Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée, Revues de Presse 2009-20014
Cfr Encyclopédie du Mouvement wallon, Parlementaires et ministres de la Wallonie (1974-2009), t. IV, Namur, Institut Destrée, 2010, p. 542

conseiller provincial du Brabant (1991-1994)
conseiller provincial du Brabant wallon (1994-2002, 2006)
député wallon (2002-2004)
député provincial (2006-2012)
conseiller provincial (2012-)

Paul Delforge, décembre 2014