Arthur Wauters

Waremme 12/08/1890, Rhode-Saint-Genèse 13/10/1960

Son frère aîné, Joseph, est déjà âgé de 15 ans quand naît Arthur, l’un des dix enfants de la famille Wauters, boucher à Waremme. Comme son aîné, Arthur Wauters entreprend des études universitaires, à l’Université libre de Bruxelles cependant, à l’Institut Solvay. Licencié en Sciences politiques et sociales et docteur en Sciences économiques de l’Université libre de Bruxelles, il achève ses études au moment où éclate la Grande Guerre. Volontaire de guerre, porteur du grade de lieutenant en 1918, il devient chef de Cabinet de son aîné, au ministère du Travail et de l’Industrie (1918-1921). Fortement engagé dans le mouvement socialiste international, auteur de plusieurs rapports sur l’URSS, ainsi que sur la situation au Congo, il a fondé la maison d’édition L’Églantine en 1922 pour disposer d’une large liberté éditoriale. Proche des idées d’Émile Vandervelde, Arthur Wauters cherchera toute sa vie à donner des témoignages originaux sur la société russe, voire sur les pays de l’Est et la Chine communiste.
Chargé de cours à l’Université libre de Bruxelles en 1930, il y est nommé professeur en 1933, mais le décès de son frère Joseph marque un tournant (1929). Journaliste depuis plusieurs années, il est appelé à succéder à son frère à la direction du Peuple de 1929 à 1937. Il lui succède aussi dans son siège de député (1929), avant d’être coopté comme sénateur (1932-1936), puis de revenir à la Chambre (1936-1944) comme représentant de l’arrondissement de Huy-Waremme. Comme son frère, Arthur exerce des fonctions ministérielles : il succède à Vandervelde à la Santé publique (1937-1939), puis se retrouve à la tête du ministère du Travail et de la Prévoyance sociale (1939), de l’Information (1939-1940), et de l’Agriculture (1946). En mai 1940, il est parmi les tout premiers parlementaires à rejoindre Londres pour poursuivre la guerre contre l’Allemagne nazie. Dans la capitale anglaise, il œuvre à la propagande et à l’information et, en décembre 1944, il est nommé à la tête des services de l’Information au ministère des Affaires étrangères, ce qui le contraint à démissionner de son mandat de député. En 1946, il est envoyé comme ministre extraordinaire en Pologne, avant d’être nommé ambassadeur plénipotentiaire de Belgique à Moscou (1952-1955). Il a également contribué à structurer l’Organisation internationale pour l’Agriculture et l’Alimentation et il a représenté la Belgique à l’Œuvre internationale de l’Enfance à Paris.

Hubert LABY, Joseph Wauters, dans Grands hommes de Hesbaye, Remicourt, éd. du Musée de la Hesbaye, 1997, p. 83-86
Paul VAN MOLLE, Le Parlement belge 1894-1972, Ledeberg-Gand, Erasme, 1972, p. 380-381

conseiller communal de Waremme (1909-1910)
député (1929)
sénateur coopté (1932-1936)
député (1936-1944)
ministre (1937-1940, 1946)

Paul Delforge, septembre 2012