Thierry Bodson

Officier
(
2013
)

Né à Liège le 29 décembre 1960, pendant la grande grève de l’hiver 1960, gradué en comptabilité, Thierry Bodson est le Secrétaire général de l'Interrégionale wallonne de la FGTB.

Travaillant d’abord comme ouvrier boucher, il est engagé dans une banque en 1981 avant d’entrer à la FGTB. Né dans un milieu ouvrier, il a été militant pacifiste et antinucléaire dans les années 1970 et il a fait le chemin vers la lutte sociale et régionale wallonne à une époque où le chômage explose et où se mettent progressivement en place les institutions wallonnes.

Responsable du service chômage au sein de la FGTB Liège-Huy-Waremme (1992-1994), il devient l’adjoint du secrétaire régional entre 1994 et 2002, avant de succéder à Georges Vandersmissen en mai 2002. Contribuant à dynamiser sa régionale, notamment par l’accroissement de ses affiliés, il occupe cette fonction jusqu’en 2008, moment où il est élu secrétaire général de l’Interrégionale wallonne de la FGTB à la suite de Jean-Claude Vandermeeren.

Très impliqué dans la lutte contre l’extrême droite, actif dans la lutte contre les inégalités, il s’est impliqué dans la problématique des SDF et a mené des actions contre l’homophobie. Attentif à favoriser l’accès des jeunes à l’emploi et opposé au travail à temps partiel, il n’hésite pas à entrer dans le débat public pour défendre une Sécurité sociale forte et une réindustrialisation de la Wallonie. 

En tant que haut responsable syndical, Thierry Bodson est appelé à siéger dans plusieurs conseils d'administration où les partenaires sociaux sont associés. C’est ainsi que, de 2011 à 2013, il occupe la Présidence du Conseil économique et social de Wallonie, le « Sénat social » de Wallonie qui rassemble les partenaires sociaux.

Militant wallon et syndical, homme de convictions et de combat, Thierry Bodson a été élevé au rang d’officier du Mérite wallon le 12 septembre 2013.

Thierry Bodson avec Rudy Demotte et Jean-Claude Marcourt

Une Wallonie ambitieuse, gagnante, gage de bonheur et de bien-être pour l’ensemble de sa population. C’est en conjuguant nos forces et nos connaissances que nous y parviendrons. C’est à la FGTB que je dois cette distinction.

Septembre 2013