Freddy Terwagne

Commandeur
(
Historique
)
AMAY 26.03.1925 – LIÈGE 15.02.1971

A l’instar de beaucoup de jeunes de son époque, Freddy Terwagne voit ses études troublées par la seconde guerre mondiale. S’engageant dans la Résistance en septembre 1942, alors qu’il n’a pas encore terminé ses humanités, il s’y distingue au point de devenir officier de l’Armée secrète et de recevoir la Croix de guerre et la Médaille de la Résistance. Après le conflit, il poursuit des études de droit à l’Université de Liège, où il est proclamé Docteur en 1949.

C’est à cette époque que Freddy Terwagne est sensibilisé à la question wallonne, en couvrant les congrès wallons pour le compte du journal La Wallonie. Installé comme avocat, il devient notamment membre du Comité permanent du Congrès national wallon, en parallèle à une carrière politique qu’il entame, en 1952, comme conseiller communal socialiste à Amay. En 1958, il devient député de l’arrondissement de Huy-Waremme.

Très actif lors des grèves de l’hiver 1960-1961, il figure parmi les membres fondateurs du Mouvement Populaire Wallon d’André Renard, en 1961. Militant pour le maintien des Fourons à Liège, il dépose une proposition de loi visant à recueillir l’avis des populations intéressées par les modifications des limites territoriales ; proposition repoussée le 30 octobre 1962. Refusant de voter le clichage de la frontière linguistique, il s’inscrit en rupture avec les consignes de vote de son parti, ce qui lui vaut, ainsi qu’aux autres députés « rebelles », d’être temporairement sanctionné.

Farouche défenseur du fédéralisme, il définit au sein du Parti socialiste belge une méthode de travail empreinte de pragmatisme, qui permet de baliser le processus de réforme de la Constitution. Devenu Ministre des relations communautaires en 1968, il déploie une activité intense, notamment le 18 juillet 1970, dans une séance du Sénat demeurée historique, afin de convaincre ses collègues d’inscrire les trois Régions dans la Constitution.

Ce travail trouvera un premier aboutissement le 15 juillet 1970, avec le vote de la loi dite « Terwagne », posant la première pierre d’une décentralisation économique que les militants wallons appellent de leurs vœux depuis de très nombreuses années. Pour le reste, les difficultés institutionnelles de la décennie 1970, ainsi que le décès prématuré de Freddy Terwagne, reporteront de dix ans la mise en œuvre concrète de cette (r)évolution via l’activation du fameux article 107quater de la Constitution. Il faudra, en effet, attendre 1980 pour voir la Région wallonne sortie des limbes et encore neuf ans de plus pour que naisse la Région de Bruxelles-Capitale.

En tant que Ministre, Freddy Terwagne avait prévu de placer les six communes des Fourons sous l’autorité du Ministre de l’Intérieur. Repris par Fernand Dehousse, ce projet pourtant signé par tous les ministres du Gouvernement est rejeté par les parlementaires C.V.P. en octobre 1971, provoquant la chute de l’exécutif.

Freddy Terwagne décède le 15 février 1971, emporté par la maladie, peu après avoir conquis le maïorat d’Amay.

Il fut fait Commandeur du Mérite wallon, à titre posthume, en 2012, plus de quarante ans après avoir réussi à faire inscrire la Wallonie dans la Constitution.

Orientation bibliographique :

Paul DELFORGE, TERWAGNE Freddy, dans Encyclopédie du Mouvement wallon, notice 5886.
Claude REMY, Inscrire la Wallonie dans la Constitution, Mont-sur-Marchienne, Institut Jules Destrée, 1991.

Septembre 2012