Franco Dragone

Cairano 12/12/1952

C’est en décembre 1958 que Franco Dragone quitte le sud de l’Italie et arrive à La Hestre ; il y rejoint son père qui, comme de nombreux Italiens de sa génération, a pris le chemin de la Belgique pour y trouver du travail (1956). Ouvrier aux aciéries Lesquin, à Haine-Saint-Pierre, le père Dragone envisage une formation professionnelle dans l’enseignement technique pour son fils qui, lui, est plutôt séduit par le théâtre ; il est vrai que ses professeurs à l'Athénée de Morlanwelz se nomment Jean Louvet, Jean-Pierre Soumois et André Balthazar. Passionné par la littérature et la comédie, séduit par le théâtre prolétarien, Franco Dragone rêve d’autant plus des étoiles qu’il a trouvé un boulot, après ses humanités, qui ne le passionne guère : pendant deux ans, il travaille dans l'industrie chimique, à la Gulf Oil Belgium. Soutenu par son épouse, il suit des cours de Sciences politiques à la Fopes et, surtout, s'inscrit au Conservatoire de Mons. Formé à l’école du théâtre populaire, puis à celle du Théâtre Prolétarien de Jean Louvet et de la Commedia dell’Arte, attiré par le théâtre-action, il est déçu par son premier engagement, dans une pièce « classique » à Bruxelles. Inscrit au cours Gaulier à Paris, il multiplie les stages dans toute l’Europe.

En 1979, il croise la route de la Compagnie du Campus, y travaille comme animateur, avant d’y être responsable de l’atelier théâtre jusqu’en 1989. C’est durant cette période qu’il entre en contacts avec le Québec où il donne des cours et des conférences, notamment sur le processus d'écriture et la production de spectacles de théâtre-action. Séduit par sa mise en scène de la remise des diplômes de l'École nationale de Cirque du Canada, Guy Laliberté qui est en train de fonder le Cirque du Soleil lui confie un spectacle (1984). C’est le début d’une vraie aventure qui prend la forme, en 1987, d’une tournée qui impressionne toutes les villes des États-Unis. Spectacle inédit mariant les arts du cirque, les arts de la piste et de la rue, de la danse et du théâtre, le Cirque réinventé crée une magie saluée par le public et par de nombreux prix, magie qui fleurte avec le gigantisme.

Présentées sous des chapiteaux capables d’accueillir 2 à 3.000 personnes, d’autres tournées débordent les États-Unis, pour l’Asie et l’Europe. Des théâtres permanents sont installés à Las Vegas, dans le Mississipi, ou sur le site de Disney World. Ayant réussi pleinement son entrée dans la troupe des saltimbanques du Québec, Dragone est, pendant quinze ans, le metteur en scène vedette de cet « atelier artisanal » qui gère plus de 2.000 personnes, et où il signe une dizaine de spectacles (dont le célèbre Saltimbanco) qui continuent à tourner à travers le monde.

Impliqué dans sa nouvelle vie en Amérique du Nord, Dragone n’en oublie pas son port d’attache, la région de La Louvière. Depuis 2000, avec « Décrocher la Lune », il offre régulièrement un spectacle lumineux à la ville où il a grandi. À la tête de Franco Dragone Entertainment Group, il souhaite surtout participer au développement économique et culturel de sa région d’adoption ; il y installe Créations du Dragon qui, parmi ses activités, s’occupe de la fabrication de costumes et d'accessoires pour les productions des spectacles. Sa collaboration avec Céline Dion et ses spectacles à Las Vegas retiennent particulièrement l’attention, mais, organisateur d’événements, il est mêlé aux cérémonies d’ouverture des Jeux Olympiques, publicitaire, il a sa propre société et homme de spectacle, il ne néglige pas le cinéma. En 2002, il accompagne l’inauguration de l’ascenseur de Strépy-Thieu (Au fil de l’homme). En 2008, il conçoit et met en scène Le Potager des visionnaires, à l’occasion du 400e anniversaire de la ville de Québec, tandis que l’année suivante, pour l’inauguration de la nouvelle gare Calatrava, à Liège, il présente le spectacle Gare à vous. Il investit aussi de manière spectaculaire à Macao dans la City of Dreams où The House of dancing water est à l’affiche depuis 2010, avant de se lancer dans d’ambitieux projets en Chine. Depuis La Louvière, Dragone multiplie les projets, recrutant des créatifs qu’ils soient experts en sport, en informatique, en couture ou en graphisme dans le seul but de proposer les shows les plus originaux et les plus innovants du monde. Parallèlement, il soutient aussi des projets à caractère social.

Parmi les nombreuses distinctions remises à Franco Dragone, on retiendra le Prix de la province du Hainaut 1999, le titre de docteur honoris causa de l’Université d’Anvers (2011), et le titre de commandeur du Mérite wallon (2012).

Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée, Revues de Presse
Yves VASSEUR, Franco Dragone, une improbable odyssée, Bruxelles, Labor, 2002

Paul Delforge, mai 2013