Thierry Giet

Ougrée 21/07/1958

Député fédéral du PS depuis 1995, chef de groupe à partir de 2004, Thierry Giet remplace Elio Di Rupo empêché à la tête du PS de 2011 à 2013, avant d’être nommé à la Cour constitutionnelle (2013).
Militant socialiste de longue date dans la commune de Sprimont, Thierry Giet inscrit son action politique dans le droit fil des combats menés par ses parents et grands-parents. Même s’il était procureur général de Liège, Léon Giet, son père, ne faisait pas mystère de ses engagements philosophiques. Docteur en Droit de l’Université de Liège, avocat, le jeune Thierry Giet exerce son métier de juriste en se mettant au service du Parti socialiste. Membre du Cabinet ministériel de Laurette Onkelinx, il se présente au suffrage des électeurs lors de l’important scrutin de mai 1995, le premier de la nouvelle Belgique fédérale. Candidat à la Chambre fédérale, il va y représenter l’arrondissement de Liège jusqu’en 2003 en tant que suppléant de Michel Daerden. À partir de l’été 2004, toujours suppléant de Michel Daerden, il est choisi pour présider le groupe des députés socialistes francophones en remplacement de Claude Eerdekens parti au Parlement wallon. En décembre 2011, à l’issue des négociations les plus longues pour la formation d’un gouvernement belge, Elio Di Rupo devient Premier Ministre et se met en vacance de la présidence du PS. À partir du 6 décembre 2011, Thierry Giet le remplace, conduisant notamment le parti aux élections communales de 2012. En janvier 2013, il renonce à la présidence du PS et se retire de la vie politique lorsqu’il est choisi pour siéger à la Cour constitutionnelle : à partir de juin 2013, il remplace Roger Henneuse atteint par la limite d’âge.
À la tête du PS, il est remplacé par Paul Magnette, comme député par Véronique Bonni et comme chef de groupe par André Frédéric ; quant au niveau communal, lors du scrutin de 2012, Sprimont avait vu s’affronter Thierry Giet (président du PS), Philippe Henry (ministre wallon Écolo) et le bourgmestre sortant Claude Ancion (MR). Ce dernier remporte plus de 40% des suffrages et, rompant l’alliance avec le cdH, se tourne vers le PS de Thierry Giet qui devient Premier échevin. Mandat là aussi éphémère puisqu’il démissionne en mai et est remplacé par Philippe Leerschool.

Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée, Revues de Presse

Conseiller communal de Sprimont (1983-2013)
Député fédéral (1995-2013)
Échevin (2013)

Paul Delforge, décembre 2014