no picture

Régnier IV

Politique

circa 947, 1013

Après le règne très agité de son père, Régnier III dit au Long Col, Régnier IV s’avère un vassal du roi de Germanie beaucoup plus calme, du moins quand l’empereur Otton II consent à lui rendre un des titres de son père, le comté de Hainaut. Par rapport aux titres et aux biens dont disposait Régnier III, ce comté représente peu de choses. Mais, en 958, Bruno, duc de Lotharingie, avait réussi à mâter le trublion et l’avait envoyé en exil en Bohême, privant sa famille de tous ses biens. Après avoir trouvé refuge auprès du roi de France, Régnier IV et son frère Lambert reprennent le Hainaut par la force, en éliminant physiquement les comtes désignés par l’empereur. Afin de pacifier la région, Otton II finira, en 977, par concéder à Régnier IV le comté de Hainaut et à Lambert le comté de Louvain. Régnier IV devra attendre 998 pour récupérer aussi la place de Mons.

Léon VANDERKINDERE, dans Biographie nationale, t. XVIII, col. 879

Léon VANDERKINDERE, La formation territoriale des principautés belges au Moyen Age, Bruxelles (Henri Lamertin), 1902

Maurice-A. ARNOULD, Le Hainaut. Évolution historique d’un concept géographique, dans Recueil d'études d'histoire hainuyère offertes à Maurice A. Arnould, édité par Jean-Marie CAUCHIES et par Jean-Marie DUVOSQUEL, Mons, Analectes d’histoire du Hainaut, Hannonia, 1983, t. I, p. 25-50

Mélanie DE CLERFAYT, Le Château des comtes de Hainaut à Mons (du Xe au XXIe siècle), Charleroi, asbl Hainaut culture et démocratie, 2002

Claire BILLEN, Xavier CANONNE, Jean-Marie DUVOSQUEL, Hainaut. 1000 ans pour l’avenir, Anvers, Fonds Mercator, 1998

La Wallonie. Le Pays et les Hommes. Histoire. Économies. Sociétés, t. I, p. 219